•  Chapitre I: Encore une fois, toute mon approbation quant au découpage français de l'histoire; l'histoire reprend dans ce tome par un chapitre miroir du précédent: le groupe observé par Bran depuis son ilôt isolé est le groupe de Jon, et qui tombent par hasard sur le voyageur esseulé, que les sauvageons décident de faire mettre à mort par Jon, pour le tester. Au moment où les choses pourraient mal tourner pour lui, Eté bondit sur le groupe et offre à Jon l'occasion inespérée qu'il attendait depuis si longtemps: il fausse compagnie aux sauvageons, légèrement blessé et abandonnant Ygrid derrière lui...

     Chapitre II: Daenerys et sa cohorte sont à la porte de Yunkaii, autre grande ville de la région; ceux-ci se sont préparés à l'assaut, et ont disposé leurs armées sur le chemin de Daenerys pour la contrer. Elle choisit de recevoir chacun leur tour les chefs mercenaires engagés par Yunkaii pour juger de leur loyauté à son ennemi, fournit du vin à l’un, et leur laisse 3 jours pour rendre leur décision. Elle reçoit ensuite également le chef de la ville et lui offre le même délai pour se rendre. Tous partis, elle donne l’ordre à ses hommes d’attaquer, prenant tout le monde par surprise. C’est une victoire écrasante, et sa cohorte se peuple d’autant, les esclaves la rejoignant (je me demande comment une telle caravane peut trouver de quoi se nourrir pendant son voyage, mais bon…) et l’appelant « Mère ». Dahario Naaris, l’un des 3 chefs mercenaires, a également retourné sa veste et rejoint le troupeau, au déplaisir de Jorah Mormont sans qu’on puisse savoir si c’est la jalousie ou une vigilance bienvenue qui l’anime.
     
    Chapitre III : Arya et les brigands retournent passer une nuit à Noblecoeur, et revoient la vieille naine albinos : elle leur révèle la mort de Balon Greyjoy et la lutte pour le pouvoir qui se joue désormais chez les Fer-Nés. Un autre rêve évoque une « chèvre » qui trône toute seule dans la salle des rois, fiévreuse, pendant que l’énorme chien fond sur elle (une référence à l’attaque probable de Gregor Clegane sur les Jumeaux ?) ; un autre, un loup qui hurle sous la pluie sans que personne n’entende son deuil (ça c’est vraisemblablement Jon perdant Ygrid) ; enfin, une fille à un festin, avec des serpents violets venimeux dans les cheveux, qui doit tuer un géant féroce dans un château en neige. Arya est secouée par le rejet soudain de la naine quand elle l’aperçoit, la traitant de « cœur sombre » et emplie de douleur… Le lendemain, une discussion avec le plus jeune des brigands, Edric Dayne, soulève deux pistes possibles (et incohérentes) pour la mère de Jon : Wylla, qui fut aussi la nourrice d’Edric et réputée être la mère de Jon ; et Lady Ashara Dayne, dont la rumeur voulait qu’elle et Eddard Stark se soient fortement épris l’un de l’autre à Harrenhal, et qui s’est donnée la mort peu après qu’Eddard épouse Catelyn Tully (je suppose que Wylla aurait été déclarée mère du bâtard pour éviter le déshonneur à Ashara ; je reste quand même sur mon hypothèse selon laquelle Lysa est la mère de Jon). Thoros annonce enfin avoir lu dans les flammes une attaque des Lannister sur Vivesaigues… où le groupe avait prévu de se rendre pour rendre Arya à sa mère. Cette dernière nouvelle est la goutte d’eau qui fait perdre son sang-froid à Arya, qui fausse compagnie au groupe alors qu’il campe dans un village abandonné… et sous une pluie diluvienne, Arya est enlevée… par le Limier, qui suivait le groupe à la trace.
     
    Chapitre IV : Jaime est escorté en direction de Port-Réal, mais fait un rêve tourmenté dans lequel il est assailli par les ombres, et la seule personne qui puisse lui venir en aide semble être Brienne de Torth : il fait faire demi-tour à sa compagnie pour revenir à Harrenhal, où Varshé Hèvre, amputé d’une oreille et griffé au visage pour avoir tenté de violer Brienne, a mis cette dernière dans la fosse face à un ours… avec une épée d’entraînement. Jaime se jette lui-même dans la fosse pour la secourir, confiant dans l’intervention de son escorte pour tuer l’ours avant qu’il n’endommage celui qu’ils ont mission de ramener à Port-Réal.
     
    Chapitre V : Catelyn, Robb, et Edmure font route vers les Jumeaux, tous plus ou moins la mort dans l’âme et sous une pluie battante. Robb décide de nommer Jon son successeur s’il devait mourir, puisque Jeyne ne lui a pas encore donné de fils. Il planifie également une contre-attaque sur Moat Cailin, profitant du départ nécessaire de Victarion Greyjoy pour Pyke, puisque la succession de Balon va se jouer au plus gros bras, et comptant sur une armée renouvelée avec la jonction des Bolton et des Frey à l’issue du mariage d’Edmure. Les choses semblent aller un peu mieux pour les Stark, même si un malaise diffus laisse présager de sombres et déplaisantes surprises.
     
    Chapitre VI : Samwell et sa protégée se sont égarés. Ils font halte dans un village sauvageon abandonné, et sont attaqués dans la nuit par des zombies issus de la bataille du Poing. Samwell parvient à se débarrasser de Petit Paul, mais découvre au-dehors une nuée d’autres morts-vivants : ils ne doivent leur survie qu’à une attaque étonnante d’une marée de corbeaux, et à la main tendue d’un mystérieux personnage encapuchonné… dont le toucher est aussi froid et dur que celui des morts. La phrase finale du chapitre est excellente, et laisse redouter que Sam est tombé dans un piège et que c’est là sa fin (ce qui serait assez rageant, parce que les chapitres qui lui ont été consacrés ont été relativement pénibles à lire –même si c’est volontaire, pour traduire la situation désespérée et la personnalité de Sam ; le faire mourir ensuite sur une pirouette, même si cela contribue à l’ambiance, aurait été à la fois génial et frustrant. Je me suis donc autorisé à aller chercher plus loin dans le livre pour trouver un prochain chapitre centré sur Sam : il y en a… à la fin du Livre IX !
     
    Chapitre VII : la cohabitation entre Arya et le Limier est tendue, Arya tentant de semer des indices pour les brigands, de s’enfuir, ou même de tuer le Limier, mais chaque fois elle est déjouée par son rusé adversaire. La Néra ayant intensément crû du fait du déluge qui frappe actuellement Westeros, les deux voyageurs empruntent un bac pour une traversée périlleuse (et pas payée). Clegane finit par révéler à Arya qu’il ne la conduit pas à Port-Réal mais aux Jumeaux, pour récolter sa rançon (ce que le lecteur avait deviné depuis un moment, mais bon), et éventuellement pour se laisser embaucher par lui (ce qui est une perspective assez séduisante de mon point de vue).
     
    Chapitre VIII : Jon parvient enfin à Chateaunoir, où il reçoit des soins et révèle ce qu’il sait de l’attaque des sauvageons, qui prévoient de faire ouvrir la porte du Mur par une escouade passée de l’autre côté du Mur et qui s’avère bien plus nombreuse que les Frères encore en place. Une élection doit avoir lieu pour désigner le remplaçant du Vieil Ours : l’actuel Commandant est un intendant, et pas un meneur ni un stratège, ce qui laisse présager du pire en cas d’attaque. Jon retrouve également ses compagnons qui ont fui la maison de Craster le soir de la rébellion et lui apprennent le pouvoir du Verredragon, et la mort probable de Sam ainsi que celle de Bran et Rickon.
     
    Chapitre IX : L’armée de Robb arrive aux Jumeaux. A part pour l’aigreur de l’accueil et des piques prévisibles, les Frey semblent avoir accepté de rejoindre les rangs de Robb et fournissent même une belle promise à Edmure, et –renseignement pris- normalement fertile, ce qui était pour le moins inattendu. Toute son armée doit néanmoins camper sous de vastes tentes à l’extérieur du château, et Robb fait placer des gardes de confiances devant leurs quartiers : l’ambiance du chapitre met relativement mal à l’aise, avec les Stark qui suspectent un traquenard, et les Frey qui sont visiblement moyennement peu francs du collier, mais la journée se conclut sur une note d’espoir, avec la perspective de pouvoir en finir rapidement avec le mariage pour repartir vers le Nord.
     
    Chapitre X : Arya et le Limier se sont déguisés (au détriment d’un vrai fermier) en bouseux venus livrer du porc pour le mariage aux Jumeaux. Malgré deux contrôles, le déguisement semble leur permettre de traverser les lignes sans problème : parvenus au campement aux portes du château, le Limier est bien décidé à trouver Robb en personne pour lui remettre Arya.
     
    Chapitre XI : les chapitres centrés sur Catelyn et Arya s’entrecroisent à un rythme qui laisse présager que quelque chose d’important et de dramatique va se jouer : on suspecte une attaque des Lannister sur le château, mais c’est pire : les Frey massacrent leurs invités en plein banquet … et Robb et Catelyn sont tués.
     
    Chapitre XII : à l’extérieur, Arya est sur le point d’entrer quand le banquet tourne à la bataille : les tentes sont abattues sur l’armée de Robb et incendiées. Le Limier élimine trois Frey venus à leur rencontre avant qu’Arya décide de tenter quand même d’entrer pour retrouver son frère : elle reçoit un coup de hache sur la tête qui clôt le chapitre, mais je suppose que c’est seulement le Limier qui l’assomme pour l’emmener loin du massacre.
     
    Chapitre XIII : Les Lannister ont eu confirmation par les Frey du massacre des Stark et de la prise en otage d’Edmure : ils tablent désormais sur une rapide soumission du Silure. Joffrey faisant son Joffrey, il est vite douché par Tywin, mais ne se laisse pas museler et répond à son grand-père, de façon plus qu’insultante : Tywin le fait reconduire, mais semble affecté par son attitude –ou par le contenu de ses provocations. Tyrion à son tour critique la manigance de son père, le fait d’en avoir été tenu écarté, et s’étonne qu’il prévoie de ne pas donner Gregor Clegane aux Martell comme ils le réclament : Tywin explique alors pourquoi il a fait lui-même assassiner les fils d’Aegon, et sa surprise que Clegane viole et tue aussi Elia Martell ; il justifie aussi le piège ignoble tendu à Robb Stark par la conclusion plus rapide de la guerre que sa disparition favorisera. On sent quand même le partage de Tyrion entre la volonté de montrer ce qu’il vaut à son père, et sa colère pour ce qu’il lui a et lui fait encore subir, notamment la frustration que son mariage avec Sansa lui cause (la souffrance de Sansa venant alourdir la sienne).
     
    Chapitre XIV : Stannis est toujours supplié par son épouse, Melisandre et Axell Florent, de sacrifier Edric Storm pour éveiller un Dragon de Pierre, mais ne parvient pas à s’y résoudre : Davos le travaille pour lui faire garder son honneur en la matière, bien conscient de la réalité de la magie de Mélisandre, mais refusant que Stannis se laisse corrompre davantage pour garder une chance de victoire ; il semble d’ailleurs avoir des alliés à Peyredragon qui partagent sa vision négative de la religion de la Dame Rouge. Conscient de sa charge, Davos apprend à lire, à partir de courriers adressés à Stannis, dont il prend connaissance par la même occasion : il tombe ainsi sur celle de la Garde de Nuit requérant des renforts pour contrer l’attaque des Sauvageons… Davos sait que Stannis ne peut se permettre d’envoyer quiconque dans l’état actuel de ses forces, mais se rappelle de la vision évoquée par Mélisandre, d’une menace venue du froid…  

    Chapitre XV: Les Sauvageons menés par le Magnar de Thenn attaquent Chateaunoir. En dépit de l'absence de murailles et de la réputation de place indéfendable des forteresses de la Garde de Nuit, grâce à un piège astucieux (la mise à feu de l'escalier de bois sur lequel leurs ennemis devaient nécessairement s'engager), les quelques Frères qui font front parviennent à vaincre les Thenns. Jon trouve Ygrid parmi les assaillants tombés au combat; elle meurt dans ses bras.

    Chapitre XVI: Bran et ses amis arrivent à Fort Nox, l'une des forteresses de la Garde de Nuit connue pour les nombreuses événements horribles qui s'y seraient déroulés (et qui inspirèrent de nombreux contes: la construction du chapitre est assez sympathique en ce sens que s'imbriquent dans le récit des événements en cours des éléments des contes en question, qui renforcent le côté inquiétant du lieu). Sam et Vère arrivent au plus noir de la nuit, par un passage souterrain secret: "Mains-Froides" (qui pourrait être le mythique 13e commandant de la Garde de Nuit, qui avait étreint une Autre, ou peut-être son rejeton), l'étrange personnage qui les a sauvés et qui ne peut repasser de l'autre côté du Mur, les a envoyés chercher celui qu'il cherche (Bran, a priori).

    Chapitre XVII: Daenerys est bloquée par la défense de la ville de Meereen. Après un duel entre le champion de la ville et Belwas le Fort, qui donne l'occasion à l'eunuque d'être utile pour une fois (séances de provocations respectives assez savoureuses), il reste évident que les fortifications de la ville empêchent un assaut frontal, et les habitants ayant tout brûlé alentour et stocké le maximum de réserve, un siège signerait la défaite de l'armée de Daenerys plutôt que celle de Meereen. Partie chevaucher pour réfléchir, elle est attaquée par Méro de Braavos, l'un des chefs d'armées défait par la ruse à Yunkaii et qui se cachait parmi ses affranchis en attendant son heure: elle est sauvée in extremis par Arstan, qui se montre une fois encore étonnament bon combattant. Revenue au camp, Arstan révèle être en réalité Ser Barristan Selmy, l'ancien Garde Blanc; il dénonce Jorah Mormont comme un espion de Varys, ce que Jorah confirme, en tous cas au début de leur périple. Ecoeurée de leur duplicité alors qu'ils étaient ses plus proches conseillers, elle pense d'abord à les chasser, puis finit par préférer les envoyer pour une mission dégradante mais qui sauvera les plans de Daenerys: l'infiltration de la ville par les égoûts.

    Chapitre XVIII: chapitre parfaitement anecdotique dans lequel Tyrion rejoint Shae, qu'il a fait engager comme camériste de Sansa, dans la salle des vestiges des Dragons pour quelques galipettes.

    Chapitre XIX: préparatifs pour les festivités du mariage de Jeoffrey et Margaery. Lors d'une cérémonie rassemblant le marié et sa famille, Jeoffrey massacre le présent fait par Tyrion, un ouvrage quasi unique. Le nain réalise que l'instigateur de l'assassinat sur Bran pourrait bien n'être autre que son neveu, qui s'était fait ridiculiser par le jeune Stark à l'épée, ce qui expliquerait la médiocrité de l'assassin choisi, en dépit de la qualité de l'arme utilisée. Avant que chacun ne regagne ses appartements, Oberyn Martell (connu pour être un maitre empoisonneur, donc) évoque avec Tyrion la mémoire d'une Main du Roi devenu Roi après avoir assassiné son neveu Roi avant lui, pour le bien du Royaume...

    Chapitre XX: Les noces de Jeoffrey et Margaery se déroulent splendidement jusqu'au banquet, durant lequel Jeoffrey se montre ouvertement insultant envers Tyrion, produisant un spectacle de nains et allant jusqu'à renverser une coupe de vin sur lui devant tout le monde et l'obligeant à ramasser la coupe à terre pour lui reverser du vin. Jeoffrey s'effondre alors et meurt en quelques minutes, étouffé... Cersei hurle de faire arrêter Tyrion et Sansa pour l'empoisonnement de son fils.

    Chapitre XXI: ...mais Sansa est déjà partie pour rejoindre Ser Dontos; après s'être aperçue qu'une des améthystes d'Ashaii qui ornait la coiffe que Dontos lui avait impérativement enjoint de porter a disparu (très vraisemblablement le poison utilisé par le complice du maître de toute la machination, je parie sur Oberyn Martell ou sa femme), elle le suit hors du chateau puisque jusque, au pied de la falaise, dans une barque qui la conduit à... Petyr Littlefinger, qui abat Dontos et révèle à Sansa que c'est lui qui avait tout planifié depuis le début pour la récupérer, et qu'il entend la traiter comme sa loyale fille. 


    4 commentaires

  •  

     

     

     

     

     

     

     

       

     

     

    Un grand classique dit-on? Il y avait un moment que je voulais le lire. Je m'etais deja essaye a 1984 du meme auteur mais je devais etre trop jeune pour me rendre proprement compte de l'implication du livre. Il faudra que je me repenche dessus un de ces jours...

    Revenons au bouquin: je l'ai trouve par hasard dans la bibliotheque que je partage dorenavant avec Margarita. 95pages, je me dis c'est carrement jouable. Outre l'epaisseur c'est tres facile a lire, meme en anglais.

    L'histoire est assez simple: a la Manor Farm, tout semble se derouler pour le mieux, Mr. Jones fait tourner la ferme sans soucis jusqu'au jour ou, sous l'impulsion des Cochons Napoleon et Snowball, les animaux de la ferme se rebiffent contre leur maitre et prenent possession des lieux. N'est-ce pas la l'ideal de tous? Ne plus etre oblige de travailler sous les ordres de quelqu'un, etre son propre maitre. Les animaux ne sont donc plus obliges de travailler et ils recevront directement le fruit de leur labeur. Bien sur tous les animaux ne peuvent pas travailler de la meme facon, donc il va falloir repartir les taches en fonction des capacites de chacun... on voit tout de suite venir l'embrouille!

    Les Cochons, de part leur intelligence, s'auto attribuent le role decisionnel ils etabliront qui fait quoi ainsi que l'instigation de "lois" regissant la ferme (attention, c'est la liberte, mais pas trop parce que sinon ca serait le bordel; il faut restreindre par des lois, :?). Apres ces quelques decisions, on sent que la situation va partir en sucette... et c'est le cas: trahison, mensonge, propagande, exploitation et j'en passe et des meilleures, tout sous le cachet de la bonne intention et de l'interet des autres animaux avant tout.

    Mon impression sur le livre. J'ai beaucoup aime le livre et par moment j'avais du "mal a lire" car j'etais revolte par le texte (comprendre: les cochons mentent a tous les autres animaux qui ne s'en rendent pas compte).

    L'histoire est censee etre une metaphore du Stalinisme et lire le livre m'a carrement donne envie d'en apprendre un peu plus sur cette periode de l'histoire assez complexe. Je le redis, pendant le livre, j'avais envie de me revolter et j'etais ebahi par la naivete (voire la stupidite) des animaux qui ne comprenaient pas ce qui se passait; en se remettant dans le contexte ou l'information se trouvait certainement controlee par l'etat qui se debarassait egalement des opposants genants ou usant de propagande a tout va, on peut arriver a imaginer pourquoi ca n'etait pas aussi facile que cela. Le livre reflete bien tous ces aspects tyranniques a travers la politiques menee par le Cochons tout au long du recit.

    Bref, un tres bon bonquin, qui amene au debat (tien, la prochaine fois qu'on se voit, au lieu de praler race a 4h du matin, si on parlait communisme et totalitarisme? ;o)) et qui donne envie de se documenter plus en profondeur pour (re-)decouvrir cette epoque.


    1 commentaire
  • Chapitre I: Jaime, Cleos et Brienne sont victimes d'une embuscade qui coûte la vie à Cleos. Subtilisant l'arme de son cousin après la fuite de leurs ennemis, Jaime tente de tuer Brienne, mais se voit à sa grande horreur dans l'incapacité de la vaincre en combat singulier. Leur duel est finalement interrompu par l'arrivée de Pitres Sanglants qui les font captifs. Jaime est reconnu pour ce qu'il est, mais les Pitres ne semblent pas du tout intimidés ni par son prénom, ni par son nom, pour autant. Par respect pour sa valeur (qu'il essaye de se masquer à lui-même) autant que pour conserver la présence d'une "alliée", Jaime s'arrange pour que Brienne soit épargnée.

    Chapitre II: Etape d'Arya et de ses captifs bienveillants, toujours à la recherche de Lord Béric, sur une colline où les brigands sympathiques s'entretiennent avec une naine mystique (il faudra sans doute que je revienne sur le chapitre plus tard pour comprendre ce dont ses visions parlaient: une ombre où un coeur ardent massacrait un cerf d'or, un homme sans visage sur un pont qui roule et qui tangue, avec sur son épaule un corbeau noyé et couvert d'algues; une rivière rugissante et une femme-poisson aux yeux clos et ensanglantés); puis visite chez Lady Petitbois. Bien qu'il ne se passe rien d'important pour l'histoire dans les récents chapitres consacrés à Arya, j'aime décidément beaucoup les lire pour leur ton et les personnages qui accompagnent actuellement Arya.

    Chapitre III: Daenerys est dans les Iles de Ghis, et visite un négrier pour mieux connaître les fameux Immaculés, esclaves guerriers entraînés depuis l'enfance dans des conditions qui leur font perdre toute sensibilité, toute individualité et toute humanité. Accompagnée de Barbe-Blanche, elle repart de l'entrevue écoeurée, mais consciente de ne pas réellement avoir le choix que de collaborer à cette monstruosité pour obtenir l'armée dont elle aura besoin pour prétendre à la couronne. On sent aussi qu'elle a été profondément troublée, en tant que reine et en tant que femme, par le baiser de ser Jorah.

    Chapitre IV: Durant leur périple vers le Mur, Meera raconte à Bran un conte (dont je n'ai pas compris le sens métaphorique) sur un paludier du Neck qui s'était fait maltraiter par de méchants écuyers Frey lorsqu'il avait voulu participer à un tournoi; le paludier fut sauvé par une Stark et ses trois frères (un furieux, un muet, et le benjamin), qui proposèrent au paludier de lui fournir de quoi participer au tournoi. Le paludier adressa une prière aux Hommes Verts et le lendemain, un mystérieux personnage apparut lors du tournoi, arborant des couleurs inconnues et défiant les chevaliers des trois écuyers, les vainquant et exigeant d'eux qu'ils punissent leurs écuyers.

    Chapitre V: Davos est enfermé dans ses oubliettes, mais est traité avec soin, et guérit de sa maladie. Melisandre vient le trouver pour lui proposer de servir de fuel à la flamme de R'hllor, Stannis étant trop affaibli. Son discours sur la lutte entre les ténèbres et la lumière parvient à faire fléchir la détermination de Davos, qui finit par retrouver sa loyale dévotion pour Stannis quand il est rejoint dans sa geôle par ser Alester Florent, précédemment Main de Stannis, et envoyé là pour avoir voulu tenter une armistice avec les Lannister sans l'accord de Stannis: Davos se souvient alors que Stannis est un homme d'honneur et que ses prétentions sont légitimes et sa position juste. 

    Chapitre VI: Jon et les Thenns sont tous prêts du Mur. Il est toujours suspecté de double-jeu, mais couche désormais avec Ygrid, d'abord pour donner le change, mais se laisse très rapidement gagner par la passion. Alors que le groupe campe dans une caverne, Ygrid lui conte l'histoire d'un roi des Sauvageons qui emmena une armée de l'autre côté du Mur par un réseau de cavernes passant sous le Mur: elle propose à Jon de se cacher dans les réseaux de grottes et d'abandonner le groupe pour ne plus vivre que tous les deux.  

    Chapitre VII: Daenerys achète 8600 Immaculés et 5000 en cours de formation... contre un Dragon, tous ses bateaux, et leur contenu. On voit évidemment venir d'assez loin son plan (encore que je pensais qu'elle utiliserait directement les Immaculés pour ça): une fois les guerriers esclaves en sa possession, elle fait tuer tous les négriers et détruire cette société cruelle, libérant ensuite ses hommes de leur condition; une bonne idée pour ne plus être considérée comme étant à la tête d'une armée d'esclaves (ce qui lui ferait une image déplorable à Westeros, et pour son amour-propre), mais qui n'est pas sans risque compte tenu de la nature de ses soldats.

    Chapitre VIII: Sansa se voit précipitée au mariage avec Tyrion, qui a lieu en l'absence de tout Tyrell. Tyrion est tout aussi humilié par la cérémonie qu'elle, et davantage encore lorsque, parvenus dans leur chambre où ils doivent consommer le mariage dans la tradition, le nain refuse de la prendre tant qu'elle ne l'y aura pas autorisé... et se voit annoncer que cela n'arrivera peut-être jamais. Pauvre Tyrion...! Mais cette situation à la fois renforce le côté tragique de son personnage (et de celui de Sansa), et colle bien à ce qui adviendrait sans doute dans une situation réelle.

    Chapitre IX: Arya et son 'escorte' parviennent à Pierremoutier, gros village dans lequel des prisonniers sont enfermés dans des cages à corbeaux suspendues au-dessus de la rue, et laissés là à pourir. Le groupe achève miséricordieusement les captifs qui s'y trouvent quand ils arrivent (ce qui risque de leur poser des problèmes par la suite). Après une nuit passée dans un bordel, le groupe se réveille pour voir un captif Lannister conduit dans l'une des cages: Arya l'ayant reconnu à son profil, je gage qu'il s'agit du Limier.

    Chapitre X: Jon s'est séparé de Fantôme, qu'il a envoyé vers Chateaunoir sans la moindre certitude que le loup puisse le comprendre et aucune garantie qu'il obéisse. Le groupe parvient à escalader le Mur, non sans peine. Au sommet, Ygrid révèle à Jon que ce sont les Sauvageons qui, en cherchant le Cor de Joramun, supposé pouvoir détruire le Mur, ont réveillé les Autres.

    Chapitre XI: Jaime s'est fait amputer de la main droite et souffre le martyre. Brienne parvient à lui redonner l'envie de se battre, pour pouvoir se venger des Compaings. Le groupe parvient à Harrenhal, tenu par Roose Bolton et où se trouvent quelques Frey qui, s'ils semblent en vouloir à Robb, semblent finalement rester sous sa bannière (pour autant que ceux qui suivent Roose Bolton soient vraiment des soutiens de Robb). Brienne est libérée, et Jaime traité pour ses blessures.

    Chapitre XII: Tyrion s'arrange pour faire assassiner Symon Langue d'Argent, qui voulait le faire chanter à propos de Shae. Il est chargé par son père de faire rebâtir toute la partie détruite de la ville. Tywin lui montre deux épées d'acier Valyrien: l'une est pour Jeoffrey, l'autre pour Jaime. Les Tyrell ont refusé le mariage de Cersei avec Willos, mais celle-ci est supposé l'ignorer, et Tywin prévoit de lui faire épouser quelqu'un quoi qu'il arrive. Après avoir enjoint Tyrion de déflorer Sansa et de lui faire un gniard, ce qui met Tyrion de très mauvais poil, Tywin fait partir un message pour Chateaunoir annonçant qu'il ne fournira des hommes pour défendre le Mur contre les Sauvageons approchant que si un homme de confiance est nommé lord Commandant: il veut Jaros Slynt, l'ancien chef des Manteaux d'Or que Tyrion avait fait envoyer au Mur parce qu'il n'avait aucune confiance en lui.

    Chapitre XIII: les survivants de l'attaque du Poing se sont réfugiés chez Craster pour un temps. Mais une partie des Frères, en qui on ne peut visiblement pas avoir pleinement confiance (et pour cause, vu que plus de la moitié sont des criminels -je m'étais fait cette réflexion dès la présentation de la Garde de Nuit: comment pouvait-on confier une tâche aussi importante à des gens si peu fiables?... Je me suis ensuite fait la remarque que je m'étais déjà fait la réflexion en voyant Redacted (de Brian de Palma), dans lequel on remarque qu'une partie des soldats engagés sont souvent des repris de justice qui n'ont pas d'autre possibilité de retrouver du boulot... Comme quoi, si ça arrive dans la vraie vie...): du coup, Craster est assassiné, Le Vieil Ours aussi en tentant de faire cesser l'insurrection, les femmes de Craster violées et sa maison pillée. Un groupe de Frères se tire pendant le massacre. Sam reste un temps en catatonie, avant que l'une des filles de Craster, Vère, à qui il avait lors de leur premier passage chez le Sauvageon promis de l'emmener loin de là, et qui vient d'accoucher d'un fils, le force à bouger. Avant de mourir, Mormont le charge de prévenir Chateaunoir de l'efficacité du verredragon, de raconter ce qui leur est arrivé, et de demander à son fils, Jorah... de prendre le noir. Une réflexion glissée par les femmes/filles de Craster, suggérant que les Autres seraient des frères des fils de Craster laisse craindre le pire sur ce gamin que ramène Sam.

    Chapitre XIV : Arya et son groupe arrivent enfin à la cache secrète de Béric Dondarrion. Lui et Thoros de Myr, le Prêtre Rouge, ont bien changé. Dondarrion ressemble vaguement à un déterré, tandis que Thoros est devenu mince et a récupéré sa chevelure : il est devenu un réel prêtre de R’hllor, et on comprend que c’est ce qui lui a permis de ramener Béric à la vie plusieurs fois. Le Limier, capturé plus tôt au village, est jugé pour ses crimes par la petite communauté, mais devant l’impossibilité de le condamner sans preuve, il lui est accordé un duel contre Béric pour prouver son bon droit. Malgré le talent de guerrier du Limier, Béric prend le dessus, mais juste avant de mettre un terme au combat, Clegane réussit à le pourfendre… et visiblement le tuer. Pourtant, après avoir été emmené par Thoros, Béric revient, bien vivant.

     
    Chapitre XV : Funérailles à la Tully pour le père de Catelyn : le corps d’Hoster est chargé dans une barque lancée sur la rivière, avant qu’une flèche enflammée n’y mette le feu. Les Frey ont envoyé deux émissaires pour renouer les liens avec Robb : Edmure devra épouser une Frey pour regagner leur loyauté, en compensation de son erreur lors de l’assaut des gués.
    Etrangeté : le fait qu’Arya est hors de Port-Réal est considéré comme un fait connu, alors qu’à ma connaissance, aucun chapitre n’a signalé comment la nouvelle s’était répandue, ni comment elle avait atteint Catelyn.
     
    Chapitre XVI : Davos est tiré de son cachot pour aller voir Stannis. Sur le chemin, Ser Axell Florent le menace pour lui faire dire à Stannis qu’Axell devrait être sa Main.
    Le dialogue de Davos avec Stannis, comme toujours, est assez plaisant car Davos ne manque ni de finesse d’analyse ni de courageuse sincérité : Stannis lui annonce d’ailleurs qu’il en fait, pour cette raison, sa Main. Mélisandre arrive alors et recommande à Stannis d’user du sang d’Edric Storm (l’un des bâtards de Robert, actuellement ‘protégé’ chez Stannis) pour nourrir ses sortilèges, mais Stannis refuse de s’y résoudre : c’est avec le sang de Stannis lui-même, prélevé par d’épaisses sangsues jetées aux flammes, qu’une malédiction est jetée sur Jeoffrey Barathéon, Balon Greyjoy et Robb Stark.

    Chapitre XVII: aux bains avec Brienne, Jaime raconte comment tout le feu grégeois utilisé par Tyrion se trouvait à Port-Réal: Aerys avait prévu de faire flamber la ville entière si quelque chose devait lui arriver: c'est grâce à l'intervention de Jaime que tout le monde n'a pas rôti... Roose Bolton reçoit ensuite ses deux "invités". Il convient d'un 'deal' avec Jaime: il le fait conduire sous bonne escorte à Port-Réal, en échange de l'"oubli" de la main coupée par Varshé Hevre. Brienne, par contre, sera gardée en otage puisque croit-il, elle vaut son pesant de saphirs.

    Chapitre XVIII: Tyrion est chargé d'accueillir les Martell à l'entrée de Port-Réal. Ceux-ci sont venus en force avec leurs plus importants représentants de famille; et au lieu du paisible Doran, chef de la Maison, c'est son frère Oberyn, surnommé la Vipère Rouge et réputé empoisonneur, querelleur, pervers et brutal qui mène la délégation. Ses échanges avec Tyrion sont assez piquants, les pensées -acerbes- de Tyrion venant compléter ses réponses diplomatiques; Oberyn, lui, se montre très provocateur et insultant: il est probable que les Martell sont venus chercher la bagarre, d'autant qu'ils ont un contentieux avec les Tyrell. L'échange se conclut par un avertissement de Tyrion concernant la sécurité 'relative' d'Oberyn tant qu'il sera dans la ville.

    Chapitre XIX: les hommes de Béric Dondarrion embusquent des Pitres Sanglants et les éliminent sans pitié. Le Limier, qui a été libéré suite à sa victoire en duel, revient à la cache des brigands pour récupérer son argent dont ils l'ont quand même délesté; on pressent que Clégane pourrait se laisser enrôler, mais il repart néanmoins seul. Gendry en revanche, décide de devenir forgeron pour la communauté, tandis qu'Arya repart avec une escorte, pour être échangée contre rançon.

    Chapitre XX: Bran et ses compagnons se réfugient dans une tour isolée au milieu d'un lac; belle idée d'une chaussée à quelques centimètres sous l'eau, qui permet de rejoindre le bâtiment. Ils voient un voyageur allumer un feu sur la berge, et alors qu'une tempête se lève, plusieurs hommes s'approcher à leur tour. Bran parvient un instant à prendre le contrôle de Hodor, plus ou moins inconsciemment: il reprend ensuite le contrôle d'Eté resté sur la berge, et le livre se finit (même si ce n'est la fin que dans le découpage français) sur un beau dernier paragraphe qui traduit bien la peur dans laquelle les enfants se trouvent alors.


    votre commentaire
  •  

    Le Livre VI de l’édition française correspond à la première partie de « A Storm of swords » ; les premiers chapitres ont donc pour vocation additionnelle de resituer le décor pour chacun des personnages (ce qui tombe bien vu que ça fait un petit moment que j’avais interrompu ma lecture).
     
    Chapitre I : faisant écho au tout premier chapitre de la saga, celui-ci est raconté du point de vue de l’un des Frères de la garde, Chett, qui a planifié une évasion avec plusieurs de ses congénères, incluant l’assassinat des leaders de l’expédition et de Sam Tarly (l’ami de Jon, et qui a gagné la place d’assistant du Vieil ours au détriment de Chett). Le chapitre se conclut par l’émission de trois coups de cornes de brume, signal annonçant l’arrivée non pas des Sauvageons, mais… des Autres.   
     
    Chapitre II : je ne m’en suis rendu compte que plus tard en faisant mentalement la synthèse de ce que j’avais lu, mais ce chapitre est bel et bien écrit, pour la première fois, du point de vue de Jaime Lannister. On y découvre que Catelyn a permis son évasion (escorté par Brienne, quand même), espérant que Tyrion tiendra sa parole et échangera son frère contre ses deux filles. Un geste complètement dénué de sens dans l’absolu (rendre un super combattant, meneur d’armée contre deux enfants, alors que le statu quo garantit que tous sont laissés en vie chez leur « hôte »… hem), mais bon, elle a perdu son mari, pense avoir perdu deux fils et son aîné est à la guerre… pourquoi pas. Brienne fait la preuve de ses capacités de guerrière en coulant l’embarcation des Tully qui les pourchassaient pour reprendre Jaime (en sautant de leur propre bateau pour gagner une falaise, d’où elle précipite un rocher sur le navire Tully, avant de couper à travers la butte pour plonger puis retrouver Jaime et Cleos Lannister.
     
    Chapitre III : retour sur Catelyn, l’explication de son forfait, et ses conséquences (elle est consignée au chevet de son père mourant ; ça va –en même temps, difficile de punir la mère du Roi). Elle découvre en écoutant son père délirer que sa sœur pourrait avoir eu un premier enfant (qui évidemment pour le lecteur, apparaît immédiatement comme étant Jon ; je trouve dommage que l’aboutissement du ‘subplot’ soit révélé si rapidement, mais la surprise est intéressante –elle change d’un coup la vision qu’on avait de Lysa). Son frère Edmure de son côté, a fait envoyer des corbeaux partout pour faire en sorte que tous essaient de reprendre Jaime, ce qui rend le geste débile de Catelyn encore plus tragique.
     
    Chapitre IV : Arya et ses compagnons Tourte et Gendry continuent leur fuite loin d’Harrenhal en direction de Vivesaigues. Elle rêve qu’elle annihile une patrouille de ses poursuivants… sous forme de loup.
     
    Chapitre V : Tyrion parvient à s’extirper du cachot où il était remisé, et va trouver son Tywin, qui, nourrit par les mensonges de Cersei, ne lui attribue que peu des mérites de la victoire dans la défense de Port-Réal, et lui exprime clairement qu’il ne sera jamais considéré comme son héritier. L’injustice qui frappe en permanence le nain a quelque chose de révoltant, mais c’est un ressort puissant pour attacher le lecteur au personnage.
     
    Chapitre VI : Davos a survécu à la défaite de la Néra : ce chapitre raconte en flashbacks la succession d’événements qui l’ont amené à échouer sur un récif sans nourriture et presque sans eau. Dans ses délires, il se persuade d’avoir reçu une mission de la part des dieux : tuer Melisandre d’Asshai. Il est finalement rescapé par un navire qui semble être aux couleurs de Stannis Barathéon.
     
    Chapitre VII : Les Tyrell sont arrivés à Port-Réal et ont distribué de la nourriture à toute la population, sauvant véritablement la situation pour les Lannister. Sansa froisse Loras en tentant de lui faire la conversation. Margaery et sa grand-mère la Reine des Epines la reçoivent pour entendre de sa bouche la vérité sur Geoffrey, et lui proposent d’épouser le frère infirme de Margaery pour lui permettre d’échapper à son destin d’otage.
     
    Chapitre VIII : Jon est amené jusqu’au camp des Sauvageons. On sent qu’il a une fascination pour les rapports qui existent entre eux. Présenté à Mance Ryder, il parvient à gagner sa confiance en expliquant qu’il les rejoint à cause de son statut de bâtard éternellement rejeté (ce qui va très vraisemblablement finir par devenir vrai, car les Sauvageons ne sont pas les monstres que les légendes racontent, et Jon a déjà pour eux une sympathie visible).
     
    Chapitre IX : Daenerys est en route pour le royaume. Jorah la convainc de faire un détour avant de se rendre chez Illiryo, pour s’acheter –avec les ressources du marchand- une armée d’esclaves, lui rappelant qu’elle doit encore être trahie une fois pour l’argent ; et pour la fois où elle devra être trahie par amour, Jorah l’embrassant furieusement et lui enjoignant de le prendre pour époux et cavalier de l’un de ses dragons, le doute semble désormais définitivement levé sur celui qui en sera responsable...

    Chapitre X: Bran passe désormais facilement dans la peau de son loup. Il tend même à préférer cette forme, ce qui conduit Jojen, qui tente de lui apprendre à maitriser son pouvoir, à diriger le groupe vers le nord, au-delà du Mur, où l'attend la "corneille à trois yeux".

    Chapitre XI: Davos retrouve Peyredragon et son ami Sladhor Saan, qui lui fait un point sur la situation catastrophique des forces de Stannis, qui s'enferme avec Melissandre et refuse de voir qui que ce soit, et perd le contrôle sur sa propre existence. Davos, lui-même dans un état de santé plus que fébrile, annonce à Sladhor Saan qu'il va tuer Mélissandre, et alors qu'il demande à voir le roi, il est arrêté par les Florent (sans qu'on sache s'il a été dénoncé par son ami ou espionné par des oreilles discrètes).

    Chapitre X: Après avoir lu ce chapitre, je me suis fait la réflexion que mes chapitres préférés étaient ceux consacrés aux Lannister (je suis certain que si certains devaient prendre le point de vue de Cersei, il serait vraiment très intéressant aussi); après avoir lu les chapitres suivants, je me suis rendu compte qu'en fait c'est ce livre entier qui est spécialement réussi -chaque chapitre ou presque est vraiment prenant, et la situation de tous les personnages (sauf Bran, en gros, qui ne m'intéresse plus trop) est captivante. Une rencontre ordinaire de Jaime, Cleos et Brienne, qui troquent dans une auberge leur bateau contre des chevaux. J'ai bien aimé l'atmosphère de confiance toute modérée qu'ont les personnages les uns envers les autres, qui traduit bien le danger de la situation de guerre actuelle, où il y a tant de partis possibles que les chances de tomber sur quelqu'un qui n'est pas de votre bord sont plus importantes que de tomber sur un allié -sans compter naturellement les brigands (volontaires ou contraints) qui pullulent désormais. Passage très intéressant aussi sur les raisons pour lesquelles Jaime a rejoint la garde royale, et sur les circonstances de son régicide. Très chouette.

    Chapitre XI: Tyrion veut voir Shae une dernière fois avant de l'éloigner du palais, trop inquiet pour sa sécurité alors que tous les murs ont des oreilles et que son père l'a averti qu'il pendrait sa pute s'il devait en avoir encore une. Mais le nain est incapable d'être ferme avec elle et ne peut s'empêcher de lui accorder de rester encore, en dépit des rêves de grandeur que la cour lui fait nourrir.  

    Chapitre XII: Arya, Tourte et Gendry font la rencontre de trois 'brigands?' sympathiques qui les conduisent à la même auberge que viennent de quitter Brienne et Jaime (on se rend compte que Brienne avait raison de suspecter une embuscade; et que le destin joue décidément des tours aux Stark, puisque si Brienne avait croisé la route d'Arya, sa mission aurait forcément été transformée). Toujours cette ambiance cordiale (on fait mine de s'entraider) mais tendue (on ne peut quand même pas accorder sa confiance pour autant) que j'aime bien, et les personnages des brigands sont hauts en couleurs et sympathiques. A la fin arrivent dans l'auberge des anciens suivants des Stark dont un dénommé Harwin, dont Arya était proche, et elle se révèle à eux pour ce qu'elle est. 

    Chapitre XIII: Robb est de retour à Vivesaigues. Il pardonne à Catelyn son geste... avant de révéler sa propre faute: il a épousé Jeyne Ouestrelin, une inféodée aux Lannister, faisant fi de son mariage prévu avec une Frey, et entraînant le départ des Frey de sa bannière. Son loup gronde lorsque Ser Rolph est présent, ce qui l'a conduit à le tenir éloigné de lui: Catelyn parvient à le convaincre d'éloigner plutôt Rolph. On sent bien que l'allégeance soudaine des Ouestrelin n'est sans doute pas complètement sincère. Au cours d'une réunion stratégique, Edmure se fait rabrouer pour avoir lancé son assaut -certes victorieux- alors qu'il lui était demandé de juste tenir Vivesaigues: Bryden et Robb avaient en effet tendu un piège à Tywin Lannister, et le mouvement d'Edmure a immobilisé Tywin juste le temps nécessaire pour qu'il apprenne le mouvement de Stannis vers Port-Réal, et pour le convaincre de changer de direction... entraînant la défaite de la Néra et permettant aux Lannister d'éviter une grosse défaite face à l'armée de Robb. Catelyn a toutefois une idée pour récupérer les Frey (j'imagine en leur promettant une de ses filles en mariage).

    Chapitre XIV: Jon fait de plus en plus amis avec certains des Sauvageons qu'il accompagne -tandis que d'autres s'avèrent de fieffés ennemis. Arrivés au Poing, où les signes d'une embuscade subie par la Garde de Nuit sont prégnants, Mance Ryder est sur le point de faire tuer Jon pour leur avoir dissimulé la présence de Gardes sur le chemin de la caravane, mais le bâtard est sauvé par Ygrid, qui prétend que Jon a abandonné ses voeux de Frère de la Garde, puisqu'ils couchent ensemble (les Gardes font voeu de chasteté), ce qui va devenir une vérité puisque de toutes façons Jon avait de plus en plus de difficulté à résister à la tentation. Jon va partir de l'autre côté du Mur en éclaireur avec une escouade de Sauvageons. 

    Chapitre XV: Cersei fait réaliser une nouvelle robe pour Sansa, dont la féminité s'épanouit. Sansa devient très proche des filles qui entourent Margaery Tyrell, et décide de rejeter l'offre de sauvetage de Dontos, qui n'a désormais plus de raison d'être.

    Chapitre XVI: Arya s'aperçoit qu'elle a en fait été capturée par les brigands sympathiques qui accompagnent Harwin, qui la conduisent non à Vivesaigues mais chez Lord Béric Dondarrion, le meneur d'une "armée du peuple" non affiliée. Elle tente de s'échapper, mais finit par être rattrapée par Harwin, excellent cavalier.

    Chapitre XVII: récit de l'attaque des Autres sur le Poing, via Samwell, qui en a réchappé. Il a pu envoyer des corbeaux pour avertir de l'assaut, mais je ne crois pas que ses messages, préparés à l'avance- préviennent de la nature des agresseurs... Grenn, l'un des anciens compagnons de Jon, l'aide à ne pas se laisser mourir dans la neige. Attaqués par un Autre (et pas juste l'un des morts-vivants), Sam parvient à le tuer grâce à la première arme qu'on voit capable de blesser les Autres: le Verredragon -l'obsidienne- que lui a offert Jon.

    Chapitre XVIII: table-ronde à Port-Réal: Littelfinger va aller proposer le mariage à Lysa Arryn pour gagner les Eryés aux Lannister; Tyrion se verra chargé de l'économie de la Couronne. La magouille des Tully pour faire libérer Sansa a été révélée par Littlefinger dont seul Tyrion se méfie; Tyrion, qui se voit "contraint" d'épouser Sansa pour déjouer le plan des Tully avant que ceux-ci ne révèlent leurs projets aux Lannister (là je m'avoue un peu surpris, parce que c'est révélé au détour d'une phrase comme si tout le monde le savait déjà, alors qu'il me semble que c'est la première fois qu'ils en parlent: mauvais effet pour un événement quand même majeur et dramatique!). Cersei, elle, devra épouser Willos Tyrell, le promis de Sansa, pour renforcer l'alliance avec les Tyrell, et cet ordre de son père ne semble pas du tout lui convenir. Tywin entend ne pas donner suite à la proposition de Balon Greyjoy de lui reconnaître le pouvoir sur le Nord, dans la mesure où il n'a rien de plus à leur offrir que ce qu'il leur donne déjà, en attaquant les Stark. Il refuse même d'envoyer les déserteurs de la bataille de la Néra renforcer la Garde de Nuit, préférant les punir publiquement que renforcer la défense du royaume, voyant dans une possible attaque des Sauvageons une épine supplémentaire pour les gens du Nord, et donc un atout de plus pour les Lannister. Il révèle également implicitement que les Ouestrelin ne sont pas réellement les alliés de Robb, et que Jeyne ne pourra lui donner d'héritier.

    Chapitre XIX: les Kastark ont quitté la bannière des Stark, suite au pardon accordé par Robb à sa mère. Robb se voit contraint d'exécuter Rickard Kastark, qui met son honneur et sa crédibilité en jeu. Jeyne Ouestrelin vient trouver Catelyn pour obtenir ses conseils pour consoler Robb. Elle paraît, elle, sincère, et veut lui donner des enfants: mais elle révèle que sa mère, fille de maegi, lui prépare une potion tous les jours, soi-disant pour améliorer sa fertilité... on comprend naturellement que cette décoction a évidemment l'effet inverse et ce sera à Catelyn de le découvrir et de le révéler.


    5 commentaires
  • Je crois que c'etait cette annee (ou l'annee derniere) que j'ai vu le film avec l'inevitable Will Smith et quand j'ai entendu que c'etait tire d'un roman ecrit en 1954, j'ai ete assez intrigue. Le film en lui-meme etait moyen/pas mal, j'etais juste curieux de savoir quelles differences il y avait avec le livre.
     
    L'histoire debute sur Robert Neville qui se retrouve seul dans la ville ou il habite, on ne sait pas quelle genre de catastrophe il s'est produit, mais il se barricade le soir seul chez lui et s'assure de s'entourer d'ail et autres pieux en tous genres... bon le lecteur n'est pas trop un idiot, il fait vite le rapprochement avec les vampires. L'intrigue est tournee essentiellement sur Robert qui survit au milieu de ces vampires qui ne revent que de lui faire la peau, et les fantomes qui le hantent, ses problemes avec la boisson et les rencontres qu'il va faire. Il est apparement le seul survivant de la race humaine (et ici on peut parler de race non?... private joke ;o) )
     
    Ce qui m'a frappe quand j'ai commence a lire, c'est d'abord la longueur de l'histoire: 160 pages, donc lisible en un apres-midi ce qui est appreciable je trouve. Ensuite, le bouquin a ete ecrit en 1954 donc meme si contemporain, il y a quelques moments ou on a l'impression qu'il date un peu, mais je pinaille la...

    Pour revenir sur le livre en lui-meme, j'ai bien aime, mais je suis en train de me demander si ce n'est pas parce que je le mets en comparaison avec le film que j'ai vu avant:
    Dans le livre, le "heros" est un alcoolique dont le quotidien est tres morose et consiste a rechecher de la nourriture pour survivre, ameliorer sa maison pour resister chaque jour aux attaques des vampires ou encore se balader le jour a la recherche de vampires en stase afin de les tuer.
    Il est souvent a deux doigts de sombrer dans la folie, plusieurs fois aux bords du suicide,  jusqu'a ce qu'il prenne conscience qu'il peut encore faire quelquechose de sa vie: decourvir l'origine de ce mal qui a fait que presque toute la population terrestre soit devenue vampire.
     
    Je vais pas gacher le reste du livre, mais juste faire quelques commentaires: je trouve que le personnage principal, meme si on ne peut s'empecher de trouver que c'est une tete a claques de temps en temps, presente une facette interessante entre aq force et la faiblesse du genre humain. J'aime bien son evolution tout au long du livre et comment il interagit avec les autres presonnages (si, si, il y en a).
    L'explication du vampirisme est un peu limite, je sais pas si c'est parce que j'ai quelques notions scientifiques ou quoi, mais je la trouve pas trop percutante (peut etre dans le annees 50, c'etait plus impressionant), ce qui n'empeche pas que la fin du livre prend une tournure interessante et la conclusion est surprenante et est assez interessante.
     
    Cela met encore plus l'accent sur les differences entre le film (dramatisation a outrance, happy end, personnages stereotypes) et le livre.
    Je pense que ca me poussera davantage a lire le livre dont le film est issu. Je conseille donc, surtout qu'il est tres facile de le finir en une apres-midi.

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique