• Siréniens

    Voici un lamantin, dernier représentant, avec les dugongs, du groupe des siréniens. C'est un mammifère, au même titre que nous, et qui plus est, un mammifère aquatique. Alors attention, le groupe des siréniens n'a rien à voir avec le groupe des cétacés (dauphins, baleines, orques, etc...). Et oui, au cours de l'évolution, de nombreux mammifères se sont adaptés à une vie aquatique. Certains sont amphibies, passant du temps dans et hors de l'eau, tels les morses, les phoques, etc, mais d'autres se sont adaptés à une vie totalement aquatique. C'est en comparant ces différents groupes que l'on s'aperçoit à quel point l'évolution peut mener à des ressemblances frappantes entre deux organismes, alors qu'ils sont plus proches d'organismes vraiment différents.

    En effet, quand on réalise l'arbre généalogique des mammifères, on se rend compte que les siréniens sont très proches, comme des cousins, des... éléphants! On voit des traces de ce lien de parenté en observant les pattes des éléphants et les palettes natatoires des lamantins :

    Etonnant non?

    Ce qui l'est plus encore, c'est la convergence morphologique entre les cétacés et les siréniens. Comme les dauphins et les baleines, les siréniens n'ont plus de membres postérieurs, et leur queue présente une forme hydrodynamique parfaite, avec bien sûr des cartilages et des muscles qui donne l'apparence d'une nageoire dorsale :

    Par contre, les lamantins et les dugongs présentent des mammelles bien visibles et allaitent leurs petits de manière assez traditionelle, en station debout, souvent à l'air libre pour permettre aux nouveaux nés de bien respirer. Un dernier détail au tableau : les siréniens sont herbivores et ils broutent les algues des eaux peu profondes. Vous voyez peut-être maintenant pourquoi le groupe se nomme sirénien, non? Et bien certains pensent que les légendes des sirènes auraient pour origine ces animaux à la queue si ressemblante aux poissons, aux mamelles proéminentes, et qui lorsqu'ils émergent de l'eau, sont souvent coiffés d'une longue "chevelure" d'algues vertes... M'enfin, fallait avoir navigué de longs mois pour confondre une femme avec un sirénien.

     

    Si de nos jours nous ne pouvons observer que deux ou trois espèces de siréniens, il faut savoir qu'au début du XVIIIème siècle, une autre espèce de sirénien gigantesque parcourait les mers, et a disparu uniquement du fait de sa chasse organisée par l'homme... Les membres de cette espèce mesuraient 8 mètres pour 10 tonnes. Moins de trente ans après avoir été découverts, ils ont complètement disparus...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :